8 janvier, 2011

À propos de Léthé

L’histoire d’Ulysse et ses compagnons au pays des Lotophages et celle de l’exil d’Ovide.

1 – Les habitants du pays des Lotophages se nourrissaient de fleurs de Lôtos, qu’ils partageaient volontiers avec les étrangers de passage. «Or sitôt que l’un d’eux goûte à ces fruits de miel*, il ne veut plus rentrer chez lui ni donner de nouvelles.» Leur passé n’existait plus, souffrances et désirs oubliés, extase indolente…

2 – «Donne moi, s’il en existe, de cette eau de Léthé qui tue la mémoire du cœur.» Nous dit Ovide dans son exil, obligé à écrire ses propres vers que personne ne pourra lire ni comprendre. Son destin est d’être oublié, et il supplie Léthé de gommer tous ses souvenirs. Elle devient son seul remède possible et lui apporte l’ivresse dionysiaque en le détournant de ses souffrances. Son inspiration est alors nourri, ses blessures et ses angoisses apaisées, s’abreuvant à la «coupe des flots endormeurs de Léthé». Ruminant sans cesse sa propre mort auprès de Léthé et de Thanatos, cette expérience douloureuse lui permet d’élever la tristesse en esthétique et de toujours savoir se renouveler dans son art.

L’identification du Lôtos varie selon les auteurs, tantôt datte du palmier dattier, tantôt toutes sortes de plantes.

Répondre

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.